Edito : Quand Koulikoro est attaqué, Bamako tremble

????????????????????????????????????

L’attaque à la voiture piégée contre le centre d’instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro situé seulement à 60 km de la capitale maliennea eu l’effet d’un mini séisme. C’est la première foisque la citée de Méguetansoit la cible des présumés terroristes depuis le déclenchement de cette guerre asymétrique en 2012.

Le bilan fait trois morts et trois blessés même si le gouvernement a superbement ignoré la disparition tragique d’un innocent jeune garçondu nom de Mamadou Sanogoqui, de son retour d’un concert, s’est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment.La devanture du camp a été détruite par la puissance de la charge. Sur place, on pouvait apercevoir des morceaux de corps déchiquetés et les restes du véhicule.L’explosion a soufflé les portes et les fenêtres des maisons environnantes. Les fissures sont perceptibles sur des murs en banco situés à proximité du camp. La foire hebdomadaire est annulée. La voie principale qui traverse Koulikoro en passant devant le camp a été interrompue pour des raisons sécuritaires. Ce qui a contraint les usagers de la voie publique à emprunter des déviations avec un calvaire indescriptible.

Pendant une semaine, les habitants sont restés sous le choc. L’inquiétude et la peur se lisaient sur les visages surtout que certains citoyens ont été tympanisés par les effets assourdissants de l’explosion.

Cet attentat fait suite à de nombreuses alertes venant de Banamba, localitésituée à 85km de la ville de Koulikoro. Dans certaines localités de ce cercle comme Sebeté, les terroristes ont fermés des centaines d’écoles. Visiblement, le gouvernement de la République du Mali n’a pas su tirer les enseignements de cette présence des fous de Dieu qui ont parcouru 85 km pour venir s’exploser devant le centre d’instruction Boubacar Sada Sy. L’endroit n’est pas choisi au hasard par les combattants terroristes. Ce centre abrite les instructeurs de l’Union Européenne engagés dans le processus de renforcement des capacités des éléments des Fama.Le moment choisi par les auteurs de cet acte ignoble n’est pas fortuit. L’attaque a eu lieu pendant la visite au Mali du Premier ministre français, Edouard Philippe. C’est la raison fondamentale qui a motivé les médias français à minimiser cet attentat qui a entaché la visite du locataire de Matignon à défaut de la reléguer au second plan.

L’attaque à Koulikoro avec un nouveau mode opératoire à proximité de Bamako ne peut pas manquer de semer la panique et provoquer une angoisse dans la ville de trois caïmans.

La gravité de la situation était telle que les forces spéciales ont été dépêchées pour ratisser les périmètresde l’Attaque. Ce qui a permis de découvrir un véhicule d’un commando contenant des explosifs. Les responsables en charge de la sécurité ont pris au sérieux l’attentat du 24 février dernier. Le ministre de la sécurité et de la protection civile, Général Salif Traoré, s’est rendu à Banamba. Le samedi dernier, il a rencontré certains gouverneurs de régions dont celui du Koulikoro, Colonel-major Mamary Camara.

Au menu de cette rencontre, le renforcement du dispositif sécuritaire dans les régions. Un accent particulier a été mis sur les mesures dissuasives de sécurité aux entrées principales des villes, la sécurité optimale des bâtiments publics et des résidences, l’intensification des patrouilles conjointes et l’élaboration de véritable plan de défense avecl’instauration de piquet d’intervention régionaux et une meilleure coordination et de liaison entre les différentes forces. Ces mesures sont nécessaires dans la mesure où la région de Koulikoro encercle la capitale malienne. Et quand  Koulikoro est attaqué, Bamako vibre.

Modibo L Fofana

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*