Etat de la Nation : Mme Konté Fatoumata Doumbia, ancienne maire de la Commune I sort de son silence

Mme Konté Fatoumata Doumbia, enseignante de formation ancienne maire de la commune I du district de Bamako de 2004 à 2016, présidente du mouvement national des femmes du parti ADEMA sort enfin de son silence.

 Connue pour son franc parlée, et sa maitrise de la langue de Voltaire dans une correspondance dite : Lettre ouverte adressée au président de la transition son excellence Colonel Assimi Goita, en date du 23 novembre 2022,  Mme Konté Fatoumata Doumbia appelée  affectueusement la « Mama ADEMA »  n’est pas allé avec le dos de la culière, elle a touchée  à quelques sujets sensibles de l’actualité.

 De l’incarcération de Mme Bouaré Fily Sissoko ancienne ministre de l’économie et des finances, enpassant par les récentes sorties contre Adama Diarra dit Ben le Cerveau, le cas des soldats ivoirines arrêtés, jusqu’a la relation entre le Mali et la CEDEAO, tout a été passé au peigne fin par Mme Konté Fatoumata Doumbia sans langue de bois et dans un style propre à elle seule.

 S’agissant du Cas Mme Bouaré Fily Sissoko Mme Konté Fatoumata Doumbia ancienne maire de la commune I du district de Bamako, estime qu’il est aujourd’hui préférable en cette veille de nouvel an de réexaminer sa situation pour la paix, la cohésion sociale et pour aussi mieux réussir les différentes reformes envisagées et booster le développement.

 Pour ce qui est du cas des soldats ivoiriens arrêtés au Mali, la présidente du mouvement national des femmes du parti ADEMA Mme Konté Fatoumata Doumbia demande au président de la transition, le colonel Assimi Goita de leur accorder la grâce présidentielle pour qu’on sort définitivement  de ce dossier.

« Je ne vous apprends rien, en vous rappelant que le chef a besoin de tout le monde, le bon et mauvais. Et que tant que peut faire se peut, on doit éviter d’abattre son chien fusse t-il très méchant ». C’est en ces termes que Mme Konté Fatoumata Doumbia dans sa lettre ouverte s’est penchée sur le cas Adama Diarra dit Ben le Cerveau, tout en dénonçant son comportement, Mme Konté demande de la clémence pour Adama Diarra dit Ben le Cerveau.

 Pour ce qui concerne le sujet brûlant, relatif à l’avant projet de la nouvelle constitution Mme Konté Fatoumata Doumbia salue le travail remarquable abattu par la commission et pense cependant que  certaines dispositions méritent plus de réflexion : 

– L’exigence de la nationalité malienne d’origine pour (art 46) être candidat l’élection Présidentielle n’est t-elle discriminatoire et par conséquent injuste et anti-démocratique ?

– Pourquoi plafonner l’âge limite à 75 ans pour la candidature à l’élection Présidentielle ?

– L’article 72 donne la possibilité au parlement de destituer le Président de la République : quelles que soient les conditions, je puis vous assurer qu’il les germes d’une déstabilisation permanente.

– Que dire de l’article 73 qui fait de l’ex Président de la République pénalement responsable devant les juridictions de droit commun et un mois après sa cessation de fonction des procédures judiciaires peuvent être engagées contre lui ?

 Mohamed Kanouté

Source : Mali24.info

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


2 × quatre =