Fleuve Niger à Koulikoro : L’exploitation anarchique des sables détruit les berges

Koulikoro.info

La ville Koulikoro, la deuxième région administrative du Mali est située à 60 km de la capitale malienne avec une population de plus 62 000 habitants . Dans la ville de Koulikoro, les activités phares régénératrices de revenus sont l’exploitation du sable et l’extraction du gravier après la fermeture de l’usine Huicoma. Ces activités sont pourtant lourdes de conséquences environnementales et aquatiques dangereuses pour l’avenir de Koulikoro si rien n’est fait.  

Chaque matin, c’est une ruée sur le fleuve. Les saisonniers venus pour la plupart du nord, les femmes, les enfants, les retraités, et surtout les syndicats prennent d’assaut ce patrimoine de koulikoro pour extraire le sable et le gravier afin de subvenir à leurs besoins vitaux.  

Pire, ces exploitants se soucient moins des berges encore des animaux aquatiques qui y vivent. On assiste à une exploitation sauvage devant l’impuissance de la mairie qui donne l’autorisation.   

Conséquences : les berges se dégradent progressivement avec la disparition de cette beauté du fleuve tranquille au bord duquel une plage de sable rayonnant au soleil attirait des grands évènements culturels et artistiques. 

Les animaux aquatiques comme poissons, lamantins, hippopotames, crocodiles et autres sont perturbés dans leur quiétude. Avec cette activité régulière, ces animaux ne sont plus visibles, les poissons se font rares selon le directeur régional de Koulikoro des eaux  et forêts. Si rien n’est fait dans quelques années ces animaux aquatiques seraient désormais qu’un mauvais souvenir pour la génération future à cause  de  cette exploitation anarchique. 

Selon une imagination populaire à koulikoro, la sirène (faro) serait le protecteur de la ville de Koulikoro. Ces activités quotidiennes chassent le protecteur de Koulikoro. Autres conséquences négatives c’est la pollution du fleuve avec l’utilisation des produits nocifs pour la recherche des objets précieux. Ce fleuve qui est le symbole de Koulikoro et le patrimoine mondial a besoin d’être protégé par le courage des autorités de la région de Koulikoro. 

L’actuel gouverneur de la région de koulikoro a tiré la sonnette d’alarme sur le facteur d’insécurité que représentent les exploitants. « Au niveau du gouvernorat, les djihadistes peuvent profiter de la présence massive des exploitants pour infiltrer et atteindre la rive de la ville de koulikoro. Un cri de cœur malheureusement pris à la légère par les populations obnubilées par le fatalisme sachant bien que la récente attaque terroriste est venue du fleuve. Toute chose qui renforce l’argument avancé par gouverneur Lamine kopory sanogo dans la perspective sécuritaire.   

La mairie est-elle impuissante face au lobby des syndicats ? Certainement oui, la mairie qui devrait règlementer reste perplexe face aux apports en terme de recettes mais aussi face à la menace syndicale. Le maire Bakoroba kane reconnaît que cette exploitation anarchique menace sérieusement le fleuve et ses berges mais promet de prendre des mesures à règlementer.  

Modibo l fofana  

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


14 + dix-huit =