Foret classée à Tienfala(Koulikoro)   : Le ministre chasse des occupants illicites dans un délai d’un mois »  

koulikoro.info

Le ministre de l’environnement et de l’assainissement n’a pas pu se contenir après sa visite dans la forêt classée de Tienfala située une trentaine de Kilomètre de la capitale malienne. Un constat amère, l’occupation illicite par certains hommes d’affaires et des anciens dignitaires des régimes précédents dégrade cette zone verdoyante à la porte de Bamako. Sans aller par mille chemins le ministre a sommé  les occupants illicites à quitter le lieu dans un délai d’un mois. C’était le jeudi 19 mais 2022 .  

Située  à seulement une trentaine de kilomètres de Bamako, sur 3000 hectares, inscrit foret classée depuis 1939 par les colons, la forêt classée de Tienfala grogne sous le poids des prédateurs fonciers. Cette foret a pour objectif de filtrer l’air afin de baisser la température  pour une population galopante de la capitale. Autre objectif de cette foret est maintenir un espace de quiétudes pour les animaux qui s’y trouvent. Une réalité malgré les occupations illicites un certain nombre d’animaux sont dedans.  

Pour pallier cette situation gravissime, le ministre de l’assainissement, de l’environnement et du développement durable Modibo Koné et une forte délégation se sont rendus sur les lieux le jeudi 19 mai 2022.   

« Je remercie la direction nationale des eaux et foret et la Sefam la société qui gèrent la forêt classée de Tienfala. Beaucoup de maliens passent devant ce parc mais ne savent pas ce qui est à l’intérieur, on se fait beaucoup d’idées de passage et en tant que responsable de département en charge des eaux et forêts, j’ai souhaité visité ce parc  aujourd’hui pour tous les avantages que ce parc procure pour Bamako et ses environs mais aussi toucher du doigt aux  problèmes qui sont au niveau de cet espace-là. On a été agréablement surpris de voir des troupeaux d’animaux qui y sont mais aussi, on a été surpris par le fait qu’il y a quand même des personnes de mauvaise volonté qui occupent illicitement un certain nombre de domaines de ce parc animalier. Je demande à ces occupants illicites de prendre toutes les dispositions dans un délai d’un mois pour dégager les lieux et des dispositions pertinentes seront prises par le gouvernement de transition pour sévir parce que comme vous le savez une forêt classée n’appartient à personne ».  

 Tous ceux qui ont des titres sur cette forêt classée, ils l’ont eu par des moyens qui ne sont pas légaux. Nous pensons qu’ils doivent quand même examiner cet état de fait et sortir de cet espace-là martèle le ministre.   

Par ailleurs certains occupants de ce lieu sont des anciens ministres des régimes précédents sous le prétexte d’en bénéficier de leurs arrières parents. Le ministre les appelle aussi à déposer leurs titres afin de les intégrer l’espace du  parc animal dans son entièreté.   

A travers cette décision du ministre le gouvernement de transition vient de prouver qu’il a un objectif pour le parc, il est permis d’espérer que ce paysage qui jonche entre Bamako et Koulikoro puisse être en reverdi pour permettre de  baisser la température des grandes villes. Il faut rappeler que la décision du ministre de chasser les occupants illicites du parc animalier est l’aboutissement du combat de Boubacar Coulibaly directeur des eaux et forets de Koulikoro qui n’a pas cessé de tirer la sonnette d’alarme de la disparition de cette forets à cause de la prédation de certains occupants illicites. Le même combat est mené par Hama Fofana, un activiste pour la protection de l’environnement. Rappelons que la cette forêt a été classée en 1939.  

Modibo l Fofana   

Koulikoro  

 Une quinzaine de paras juristes formés sur le genre et les VBG  

La salle de la conférence du gouvernorat de Koulikoro a abrité Mardi 17 Mai, une session de formation de 3 jours, initiée par ONG Wildaf à l’intention des paras juristes.  

L’objectif  général de cet atelier est de former et d’outiller les paras juristes sur le genre, les VBG, la prise en charge et le référencement.

L’ors de ces 3 jours, 15 paras juristes de la région de Koulikoro seront formés sur la prévention, la protection et le système de référencement des cas de violences basées sur le genre, à en croire Mme DICKO M’BOYE DIALLO, chargé des programmes au sein de Wildaf.  

C’est un immense privilège d’être parmi vous à l’occasion de la formation des paras juristes, sur les droits des femmes et les VBG, dans le cadre de la mise en œuvre du projet prévention et protection des femmes survivantes ou à risques des violences sexuelles basées sur le genre, à en croire, Mouhamadou Assaidou HAIDARA, C A J du gouvernorat de Koulikoro. En raison de l’importance du thème’ j’exhorte les participants à plus de pertinence et d’attention tout au long de la formation pour que les objectifs soient atteint, a-t-il ajouté.  

Ali TAMBOURA, 3ème adjoint au maire, s’est réjouit des efforts remarquables accomplis par l’ONG WILDAF qui depuis toujours sont entrain de former et d’outiller les pars juristes sur le genre, les violences basées sur le genre, la prise en charge et le référencement. Pour clore, il a remercié le gouvernorat, la direction de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille, les paras juristes, présents dans la salle et tous ceux qui par leurs appuis constant ont contribué à la bonne tenue de cet atelier.  

Selon, Assitan SIDIBE, superviseur du projet CORDD, de l’ONG WILDAF cet atelier sera une opportunité pour les bénéficiaires d’être formés sur certaines procédures de droit et à leur tour, ils feront des restitutions sur les connaissances acquises à leurs populations respectives.  

Djibril Fofana  

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


dix-huit − deux =